1 février 2017

« Chroniques de prétoire : histoires drôles et moins drôles » de Michèle Bernard-Requin

Chroniques de prétoire, Michèle Bernard-Requin, éd. Les Carnets de l’Info, 2011, 206 pages, 17 euros.

"Chroniques de prétoire : histoires drôles et moins drôles" de Michèle Bernard-Requin
« Personne ne peut vivre impunément aussi longtemps dans ces tristes palais dits « de justice » sans éprouver un jour le désir impérieux d’en sourire, de dessiner à la fois quelques caricatures qui sont autant de dénonciations des impostures quotidiennes et de raconter les instants tragi-comiques qui soudain, par inadvertance, viennent surprendre le juge et l’avocat.

Ce livre constitue pour les gens de justice, son auteur en tout cas, un travail d’autodérision salutaire.
Dans ces petites histoires, tout est vrai… enfin presque. Il a bien fallu travestir et les lieux, et les dates, et repeindre les personnages.

(…) Dans ces grands hôpitaux des âmes, dans ces carrefours de toutes les souffrances où se côtoient des tragédies abominables et des querelles de voisinage (les secondes suscitant parfois les premières), interviennent, par instants, quelques moments comiques – qui sont à la fois drôles et tristes, comme la vie. »

Durant plus de quarante années, Michèle Bernard-Requin a vécu dans les palais de justice où elle a exercé successivement les fonctions de défenseur en qualité d’avocat au barreau de Paris, d’accusateur comme substitut du procureur à Rouen, Nanterre et Paris et avocat général à Fort de France, et de juge comme président de chambre correctionnelle à Paris puis de cour d’assises à Paris, Bobigny, Créteil et Melun.

Elle a incarné le personnage de la présidente d’une chambre correctionnelle dans le film documentaire de Raymond Depardon intitulé 10ème chambre, instants d’audience.

Soyons connectés

Nos partenaires