1 février 2017

Nos questions… aux candidats au Conseil de l’Ordre

Ils sont 32 à avoir décidé de donner une partie de leur temps et de leur énergie pour les confrères en se présentant au renouvellement du tiers du Conseil de l’Ordre du Barreau de PARIS.
Curieux de découvrir davantage ces candidats, les 48 membres de la Commission permanente de l’UJA ont reçu ceux d’entre eux qui nous ont fait l’honneur d’accepter notre invitation.
A cette occasion, les candidats (à l’exception des trois confrères investis par l’UJA – Annabel BOCCARA, Soliman LE BIGOT et Karine MIGNON-LOUVET – dont nous connaissons déjà les parcours et l’engagement aux services des confrères – ainsi que des deux anciens bâtonniers, dont notre Président d’honneur Paul-Albert IWEINS) ont tous répondu en 3 minutes à une question (avec souvent plusieurs niveaux de lecture) inspirée de leur profession de foi, de leurs communications ou de leur parcours et qui avaient vocation à leur permettre de parler un peu d’eux même et beaucoup de leur vision pour le Barreau.

LES QUESTIONS QUE NOUS AVONS POSÉES

Nos questions... aux candidats au Conseil de l'Ordre
  • A M. Lucien Felli : 3 ans sur une île, mais laquelle ?
  • A M. Louis Buchman : Pour l’Avocat, faut-il penser que l’Europe de Bruxelles s’effrite et s’échoue ?
  • A Mme Violette Attal Lefi : Quelle mesure rêveriez-vous de voter au Conseil de l’Ordre ?
  • A Mme Marie-Alice Jourde : Les « écouter tous », mais entendre lesquels ?
  • A M. Jean Pannier : Les avocats sont-ils de bons pigeons ?
  • A M. Marc André : C’est quoi le rapport ?
  • A M. Aurélien Boulanger : 80 contre 8, est-ce une bonne cote?
  • A M. Jean-Marc Fedida : L’intervention du plaignant aux procédures disciplinaires, sait-ce une horreur sécuritaire ?
  • A M. Étienne Lesage : Exercer seul aujourd’hui, est-ce bien sage ?
  • A M. Gilles Bigot : À l’Ordre, à quel saint se vouer ?
  • A M. Alexandre Varaut : Est-ce un préjudice d’être bien né ?
  • A M. Pierre-André Netter : « Permettre le développement et l’autonomie des collaborateurs en vue de leur installation », n’est-ce pas déjà la vocation de la collaboration libérale ?
  • A M. Cyril Bourayne : Etes-vous l’homme d’un seul combat ?
  • A M. Abderrazak Boudjelti : L’article 100 est-il un barrage frontière ?
  • A M. Fabrice de Korodi : Votre engagement pour l’Ordre : du futur ou du conditionnel ?
  • A M. Nicolas Durand-Gasselin : Le PLFSS 2013 : pétard mouillé ou bombe à retardement pour les avocats ?
  • A M. Bertrand Périer : Faut-il parfois se taire ?
  • A Mme Julie Convain : Que faudrait-il faire pour faciliter l’association des collaborateurs ?
  • A M. Philippe Feitussi : Si même les batteurs peuvent finir chanteurs, les collaboratrices peuvent-elles finir associées ?
  • A M. Fabien Ndoumou : Alors, « polémiste ou réactionnaire ? »
  • A M. Serge Bakoa : Comment avez-vous eu mon numéro de téléphone ?
  • A Mme Delphine Pujos : L’Union fait-elle la force ?
  • A M. Pierre-Igor Legrand : Les post-stages sont-ils une réponse adaptée aux difficultés d’insertion dans la Profession ?
  • A M. Dimitri-André Sonier : Après le référendum de 2011, faut-il liquider les Ordres ?

LES QUESTIONS QUE NOUS AURIONS AIMÉ POSER

Nos questions... aux candidats au Conseil de l'Ordre
Ils étaient absents et n’ont pu répondre à nos questions. C’est bien dommage…

  • A M. Rabah Hached : Avocat et juriste d’entreprise, faut-il rapprocher les deux rives ?
  • A M. Nicolas Contis : Avez-vous apprécié la dernière Journée du Jeune Avocat ?
  • A M. Avi Bitton : Demander 4.800 euros et 15% d’honoraire de résultats à titre personnel pour assister un confrère en détresse, est-ce toujours du « syndicalisme » ?

Soyons connectés

Nos partenaires