Programme UJA de Paris

Élections CNB du 24 novembre 2020

#RebondirDéfendreConquérir

La profession sort d’une période de profondes difficultés : mobilisations et mouvements de grève inédits contre la réforme des retraites, confinement et crise sanitaire. Mais les avocats se sont défendus et ont prouvé qu’ils étaient attachés à leur profession et se battraient pour rester maîtres de leur avenir.

L’UJA de Paris, dans la continuité de ses principes et valeurs bientôt centenaires, entend mener ses réflexions, mobilisations et combats pour la défense des intérêts de la profession.

1. REBONDIR ET CONQUERIR

« Partout où il y a du droit, il doit y avoir un avocat ! »

Après ces mois difficiles, la profession doit rebondir et partir à la conquête des marchés qui s’offrent à elle. Contrairement à ce que disent certains, la profession d’avocat a encore de beaux jours devant elle.

1.1 La profession peut et doit se donner les moyens et se montrer ambitieuse

L’exercice de la profession n’est plus un, il est multiple :

  • la concrétisation de la pluralité d’exercice plébiscitée par l’UJA de Paris et la FNUJA est acquise. La profession peut s’en saisir ;
  • bien que les activités accessoires se développent, de grandes opportunités demeurent encore à saisir.

Les avocats peuvent et doivent oser :

  • innover et se saisir des opportunités qui s’offrent à eux : de la simple présence de l’avocat sur internet (site internet, présence numérique) à la promotion et la diversification de leur(s) activité(s) ;
  • se former pour élargir leurs champs de compétence et développer de nouvelles activités ;
  • investir les outils numériques mis à leur disposition par la profession pour développer leur activité et profiter des nombreux services du CNB pour revoir et élargir leur offre de services ;
  • enrichir la structuration de leur chiffre d’affaires, en envisageant notamment la rémunération de l’apport d’affaires entre avocats et entre avocats et professions règlementées

1.2 La construction du projet de carrière et le développement de l’activité doit se penser à toutes les étapes de la vie de l’avocat

Dès l’entrée dans la profession et tout au long de sa carrière, le collaborateur doit avoir la possibilité de développer son activité et se constituer une clientèle personnelle, et de bénéficier de moments et d’instruments d’échanges avec le cabinet collaborant pour la construction continue et progressive d’un projet de carrière personnalisé.

Aussi, le collaborateur constitue un élément de développement de l’activité du collaborant.

Pour promouvoir ce rôle, le cabinet doit pouvoir :

  • développer les dispositifs financiers d’intéressement du collaborateur au chiffre d’affaires qu’il apporte, à la clientèle qu’il développe, au dossier qu’il traite, au travail ou à l’investissement particulier qu’il fournit, etc. ;
  • penser, développer et mettre en œuvre une politique de rémunération de l’apport d’affaires par le collaborateur.

2. DÉFENDRE

2.1 DÉFENDRE notre secret professionnel

Depuis plusieurs années, de graves atteintes sont régulièrement portées à notre secret professionnel par la mise en œuvre de mesures coercitives. Récemment, des atteintes répétées sont constatées en matière de perquisition aux domiciles personnel et professionnel de l’avocat et d’écoutes téléphoniques illégales.

Le secret professionnel est une garantie fondamentale du justiciable et un devoir absolu de l’avocat permettant l’exercice effectif des droits de la défense.

L’indépendance de l’avocat dans un Etat de droit démocratique impose que le législateur confère au secret professionnel de l’avocat un caractère d’ordre public afin qu’il soit général, absolu et illimité dans le temps.

Nous nous sommes opposés fermement à la reconnaissance d’un privilège de confidentialité (legal privilege) couvrant les avis, consultation et correspondances émis par les juristes d’entreprise au sein de celles-ci, en ce qu’il aboutirait notamment à l’affaiblissement du secret professionnel de l’avocat, au préjudice des entreprises et des particuliers.

Très attachées au strict respect du secret professionnel qui demeure le seul rempart garantissant les droits de nos clients, l’UJA et la FNUJA combattront indéfiniment toute atteinte qui lui serait portée, sous quelque forme que ce soit.

2.2 DÉFENDRE les avocats

Défendre l’exercice de la profession, c’est :

  • Poursuivre son combat contre le projet de régime universel des retraites : l’UJA de Paris a très tôt alerté des dangers de cette réforme sur notre régime Elle a mobilisé et combattu le projet jusqu’à en obtenir le report. L’UJA de Paris exige le retrait pur et simple de cette réforme injuste et inégalitaire où les plus faibles et les femmes seront particulièrement pénalisés.
  • Penser la mise en place d’instruments de protection des avocats. La crise sanitaire a révélé la précarité dans laquelle se trouvent des jeunes consœurs et confrères, qu’ils soient collaborateurs, installés ou associés. La généralisation d’une assurance perte de collaboration, la mise en place de fonds de secours et d’assurances pertes d’exploitation adaptées sont autant de sujets de réflexion à porter.
  • Renforcer les relations entre collaborant et collaborateur, dans un intérêt commun pour une collaboration réussie.
  • Continuer à dénoncer la situation des confrères menacés, emprisonnés, torturés, assassinés en raison de l’exercice de leur profession : l’avocat est garant de l’état de droit et de l’expression de la démocratie.

Défendre la place de l’avocat, c’est :

  • Défendre l’accès au droit et à l’avocat pour permettre à tout justiciable de faire valoir ses droits et de disposer d’une défense effective. L’avocat, en raison de sa déontologie, peut seul apporter à son client des garanties de compétence et de sécurité.
  • Défendre la place de l’avocat devant les juridictions : L’avocat occupe une place essentielle dans le bon fonctionnement de la justice. La visio-audience doit rester l’exception, l’audience en présence des parties doit rester la règle. Les procédures sans audience ne doivent pas tendre à se généraliser.
  • Défendre la place de l’avocat en lui permettant de se saisir des opportunités offertes par le numérique tout en poursuivant les actions pour veiller à la sauvegarde de son périmètre.

2.3 DÉFENDRE l’égalité entre confrères

L’UJA de Paris s’est mobilisée depuis de nombreuses années pour la promotion de l’égalité, ce qui a notamment abouti à l’allongement de la durée du congé maternité de 12 à 16 semaines ; la création du congé paternité et l’allongement de sa durée à 4 semaines au barreau de Paris ; la protection contre la rupture de contrat de collaboration en raison du congé parental ; la consécration du « principe d’égalité » comme principe essentiel de la profession au sein du R.I.N. ; l’adaptation à toutes les formes de parentalité et de structures familiales des dispositions du R.I.N.

Nous poursuivrons ces combats en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.

L’enquête d’envergure du Défenseur des Droits menée en collaboration avec la FNUJA a permis au CNB de poursuivre son action de promotion de l’égalité dans la profession. Une réflexion a été entamée sur le handicap. Les travaux doivent se poursuivre en ce sens. Mais le CNB doit désormais se saisir des questions liées à toute forme de discrimination.

Découvrez Marion Couffignal, candidate n° 1 sur la liste UJA de Paris, en vidéo !
Découvrez Pierre Reine, candidat n° 2 sur la liste UJA de Paris, en vidéo !
Découvrez Marion Couffignal et Pierre Reine, candidats sur la liste UJA de Paris, en vidéo !

Pour permettre à la profession de #REBONDIR #DÉFENDRE ET #CONQUÉRIR

JE VOTE UJA !

#mavoixUJA

#RebondirDéfendreConquérir

Soyons connectés

Nos partenaires