26 janvier 2017

En exclusivité: l’intégralité du classement des 100 cabinets d’affaires parisiens en fonction de la parité

Le 18 février dernier, l’Union des Jeunes Avocats de Paris participait à une table ronde organisée par le Cercle Montesquieu et le magazine Décideurs sur la parité au sein des cabinets. Cette semaine, Béatrice Bihr, Présidente de la commission DJ au féminin du Cercle Montesquieu, a accepté de répondre à nos questions et de nous révéler en exclusivité les résultats de l’intégralité du classement des cabinets parisiens en matière de parité (cf. pièce jointe à la fin de cet article).


En exclusivité: l'intégralité du classement des 100 cabinets d'affaires parisiens en fonction de la parité

« UN CABINET QUI N’ARRIVE PAS À RETENIR SES COLLABORATRICES TALENTUEUSES ET À LES PROMOUVOIR SE PRIVE DE TALENTS »

Béatrice Bihr, Présidente de la commission DJ au féminin du Cercle Montesquieu

BÉATRICE BIHR, PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION DJ AU FÉMININ DU CERCLE MONTESQUIEU
– Vous avez participé à l’élaboration avec le magazine Décideurs d’un classement des cabinets d’affaires parisiens en fonction du pourcentage de femmes associées, quel était l’objectif d’une telle démarche ? 

Lors de la création de la Commission DJ au Féminin, nous avons réunis des directrices juridiques membres du Cercle Montesquieu pour leur demander quels thèmes elles souhaitaient voir aborder en commission. Le thème de la parité au sein des cabinets d’avocats est ressorti comme un des thèmes qu’elles souhaitent étudier. Certaines directrices juridiques s’étonnaient en effet d’avoir toujours des associés hommes comme interlocuteurs au sein des cabinets avec lesquels elles travaillaient. Nous nous sommes alors dit qu’il serait intéressant d’avoir une cartographie de la parité au sein des plus gros cabinets d’affaires avec lesquels nos directions juridiques travaillent quotidiennement pour faire un état de la question. Ce groupe de travail a été piloté par Isabelle Roux-Chenu qui est la DJ de CapGemini et qui a lancé au sein de son groupe un réseau féminin appelé « Women at CapGemini ».

– Quels enseignements tirez-vous des résultats de ce classement et de quelle manière est-il susceptible d’impacter les comportements des clients des cabinets qui y figurent ?

Le classement a été revu et étudié au sein de la Commission DJ au Féminin. Il a également été largement diffusé auprès de l’ensemble des membres du Cercle Montesquieu. Je pense que tout le monde a été assez surpris par la disproportion entre le pourcentage de collaboratrices au sein de ces cabinets (environ 60%) et celui des associés en grande majorité masculin (environ 80%). Il semblerait donc que même dans les cabinets d’avocats, les femmes sont confrontées à un « plafond de verre ». C’est d’autant plus frappant que la profession est largement féminisée. L’autre déception est que il n’y a aucune évolution positive en la matière depuis l’année 2005 jusqu’à laquelle nous avons pu remonter. Enfin, le dernier enseignement est qu’à notre grande surprise, il n’y a pas de différences selon la nationalité des cabinets (essentiellement français, américains ou anglais).
Un point positif toutefois, certains très beaux cabinets d’affaires de la place semblent avoir dépassé ce clivage hommes/femmes et s’être donné les moyens de retenir tous les talents.Ce classement suscite des interrogations de la part des entreprises clientes de ces cabinets à plusieurs titres. Aujourd’hui les grandes entreprises sont amenées à faire de nombreux efforts en matière de parité et certaines souhaitent que leurs partenaires fassent de même. Au-delà des obligations légales, il s’agit de partager des valeurs communes. La question des compétences est également sous-jacente, car un cabinet qui n’arrive pas à retenir ses collaboratrices talentueuses et à les promouvoir se prive de talents.


« CHOISIR UN CABINET DANS LEQUEL J’AI DE MEILLEURES CHANCES D’ÉVOLUER… »

– Pourriez-vous nous dire quelques mots de l’initiative « DJ au féminin » et de vos actions ?

La Commission DJ au Féminin est une commission qui est née au sein du Cercle Montesquieu qui réunit les directeurs juridiques de grandes et moyennes entreprises. Cette commission est née d’une demande de ces membres et aussi du constat qu’aucun forum de ce type n’existait en France. L’objectif de la Commission est d’étudier la place de la femme dans les milieux professionnels juridiques. Nous abordons des thèmes tels que le leadership au féminin, l’égalité professionnelle ou encore le coaching. Nos objectifs sont alignés sur ceux du Cercle : partage d’expérience, convivialité et réflexion sur des débats de sociétés. Concernant ce dernier volet, la Commission réfléchit également par exemple sur la place des administrateurs juristes et met en place un programme pilote de mentoring de jeunes étudiantes.

– Quels conseils donneriez-vous aux jeunes avocat(e)s qui sont actuellement collaborateur(trice)s de cabinets d’affaires ?

Je pense qu’il est important de prendre conscience de l’existence des stéréotypes qui peuvent être un frein à leurs envies et à leurs développements. Ces freins sont aussi bien externes qu’internes. J’étudierais également avec attention notre classement pour choisir un cabinet dans lequel j’ai de meilleures chances d’évoluer…

commission_dj_au_feminin__classement_cabinets___parite.pdf Commission DJ au Féminin- Classement Cabinets – PARITE.pdf (155.5 Ko)

Soyons connectés

Nos partenaires