31 mai 2021

HOMMAGE A PHILIPPE JACOB

Chère Liliane,

Permettez-moi de vous appeler Liliane, vous qui avez toujours été aux côtés de Philippe aux principaux évènements de l’UJA (comme nous l’a rappelé Paul-Albert Iweins qui regrette comme d’autres membres de notre famille UJA de ne pouvoir être présents, mais sont de tout cœur et en pensées avec nous).

Chers Thierry, Denis, Stéphane, et, petits-enfants de Philippe Jacob,

Madame la présidente de la FNUJA, Monsieur le Président de l’UJA et de l’AIJA, Mesdames et Messieurs les anciens Présidents et invités permanents,

Mes Chers Confrères, et, Chers Amis de Philippe Jacob,

« La vie des grands hommes nous rappelle que nous pouvons rendre notre vie sublime, et laisser derrière nous, après la mort, des empreintes sur le sable du temps ». (Henri Longfellow, poète américain).

Nul doute que Philippe Jacob laissera ses empreintes sur le sable du temps.

Nul doute qu’il laissera ses empreintes au sein de notre profession dont il a été l’un des plus visionnaires : discret, passionné et précurseur des évolutions qui ont contribué à lui conférer sa pérennité, sa grandeur et sa compétitivité internationale.

En atteste sa carrière qu’il me tient à cœur de relater.

Dès 1955, Philippe Jacob, fils d’avocats, tous deux au Barreau de Paris, embrasse la profession d’Avocat. Il devient avocat stagiaire et obtient dans le même temps le « First Class Diplom in English Law » du « City of London College » ; le diplôme de droit comparé de l’Institut de droit comparé des Universités de New York et de Paris et effectue plusieurs stages dans des cabinets parisiens (tel celui de Suzanne Blum), londoniens et new-yorkais.

L’international est déjà une passion !

En 1968, il est élu Président de l’Union des Jeunes Avocats de Paris, ses préoccupations : notamment l’insertion des jeunes dans les cabinets d’Avocats, les Sociétés Civiles Professionnelles et naturellement, l’international.

Passionné par le développement des jeunes avocats à l’international, il fonde l’Association internationale des jeunes Avocats (AIJA), qu’il Préside en 1974 (AIJA représentée aujourd’hui par Philippe XAVIER-BENDER).

Il est fait membre d’honneur du Comité central de la Fédération nationale des Unions de Jeunes Avocats (FNUJA).

A compter de 1977, Philippe Jacob est élu au Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris et siège sous les Bâtonnats de Francis Mollet-Viéville et Louis-Edmond Pettiti jusqu’en 1979.

Membre du Conseil de l’Ordre il est, notamment, membre de la commission déontologie aux cotés de Didier Cayol, Robert Akaoui, Jacques Jouêtre et Philippe Lafarge. Membre de la Commission Prospective, il prend part aux travaux du groupe de travail au Ministère de la Justice sur l’utilisation de l’informatique en matière pénale, aux côtés des bâtonniers Lasserre et Pettiti, travaux qui sont toujours d’actualité avec la dématérialisation actuelle des procédures pénales …

Et naturellement… Philippe Jacob est en charge des relations internationales, contribuant activement aux activités internationales des avocats du Barreau de Paris et la politique générale de l’Ordre concernant la participation à la vie économique et la protection des intérêts de la profession, ainsi qu’à la situation du Barreau de Paris à l’égard des cabinets étrangers et sur l’étude comparative de leurs statuts.

Les conventions judiciaires bilatérales ; l’activité des avocats et juristes étrangers en France ; la politique d’expansion du Barreau de Paris ; l’action du Barreau de Paris en faveur du développement des petites et moyennes entreprises et industries dans le domaine du commerce extérieur ; les conventions entre les avocats du Barreau de Paris et leurs correspondants étrangers, n’ont aucun secret pour lui.

« Paris Place de Droit » ! L’attractivité de l’économie par le droit ! Déjà !

Là encore ces sujets sont toujours plus que d’actualité, dont il a été le précurseur et a jeté les premières bases.

Promu Chevalier de l’Ordre national du Mérite le 24 septembre 1980 :

  • Selon les mots du bâtonnier Louis-Edmond Pettiti : « la carrière professionnelle de mon confrère Philippe Jacob constitue une réussite exemplaire. Il a su, grâce à une culture juridique étendue, non seulement en droit français mais en droit américain et anglais, se constituer une clientèle internationale importante et fidèle […] sa compétence en la matière fait autorité et s’insère exactement dans les perspectives d’évolution de notre profession dans le cadre de la Communauté européenne. […] A cette expérience et compétence juridiques, Philippe Jacob a toujours su allier des qualités humaines profondes et sincères »

Passionné par notre profession, visionnaire dans tous les chantiers relatifs à son évolution à l’international, il poursuit tout naturellement ensuite son action au sein du Comité Consultatif des Barreaux Européens, en qualité de Membre de la délégation francaise au CCBE.

Il fut également expert du Barreau de Paris près l’Institut Auguste-Comte pour l’étude « Les avocats français et les échanges internationaux : proposition d’action »

Il est un des rares Avocats au Barreau de Paris à avoir été fait Membre d’honneur de l’American Bar Association !

Toujours cette même passion le conduit à fonder également, en 1986, l’Association Européenne des Avocats, dont il a ensuite été Vice-Président.

Egalement passionné d’écriture, transmettre a toujours été une priorité pour cet homme qui avait à cœur de revêtir les atours de « passeur de valeurs » pour la jeune génération.

Visionnaire, il a été coauteur de l’ouvrage « Au service de la justice. La profession juridique de demain » en 1967 et ce, pour la partie consacrée à la suppression de la profession d’avoué… supprimée… en 2012…

Puis, avocat honoraire il a été co-auteur du livre Patrimoine culturel, bâti et paysager. Classement, conservation, valorisation en 2002.

Il travaillait « pour analyser et faire connaître ce que l’avocat, dans le cadre de l’évolution de la société depuis plus d’un siècle, a apporté au justiciable par ses plaidoiries » et achevait un ouvrage avec notre ancien archiviste de l’Ordre Yves Ozanam.

Comment ne pas évoquer le fait qu’il fût aussi :

  • Membre du Conseil judiciaire des Armées
  • Ancien président de l’Association France-Corée
  • Fondateur du « Club Consensus »
  • Co-fondateur de plusieurs clubs interprofessionnels

Inlassable ! et toujours avec quelle discrétion !

Je me souviens

Nos commissions permanentes !

Tous les Présidents de l’UJA se souviennent aujourd’hui avec émotion de son écoute, de ses conseils bienveillants et de son sourire.

Un merveilleux clin d’œil à cet homme dont la vision prospective, entrepreneuriale et internationale a toujours guidé les pas.

Comment ne pas évoquer enfin son travail en équipe à son cabinet, avec notre confrère Kahn son fidèle associé et ses amis avocats de multiples nationalités aujourd’hui dans la peine.

Comment ne pas évoquer celle qui l’a accompagné tout au long de sa carrière. Liliane, présente à tout moment, grâce à laquelle Philippe Jacob a mené toutes ses actions.

Aujourd’hui,

Réunis tous ensemble dans le souvenir de Philippe Jacob,

Il nous revient, tout en laissant poindre notre émotion, notre tristesse,

De le célébrer comme il l’aurait souhaité : avec un sourire au fond des yeux.

Tu vas reposer ici au Cimetière du Père Lachaise, et tu seras à jamais présent dans nos coeurs et, présents aux commissions permanentes de l’UJA, comme Doyen de nos présidents ton ami Didier Cayol va te succéder, tu resteras à jamais un modèle de « belle-mère » : fidèle et bienveillant, ne cherchant jamais à t’imposer et toujours de bon conseil.

Conservant un œil toujours bienveillant sur nous …

Je sais enfin combien il était important pour toi Philippe que cette cérémonie soit célébrée entouré des tiens, ta famille UJA, tes Confrères et tes amis.

Entouré de ta famille, ton épouse, tes fils et tes petits-enfants.

Lilianne, Thierry, Denis, Stephane, chers tous,

J’aime reprendre ces mots :

« Ne pleure pas si tu m’aimes ».

« Je suis simplement passé de l’autre côté (…)

Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné.

Parle-moi comme tu l’as toujours fait (…).

Ne prends pas un air solennel ou triste (…).

Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin…

Tu vois, tout est bien (…). ».

OUI, Philippe,

Tu es toujours à nos côtés, avec tes valeurs, dans nos cœurs et nos esprits, et… « Tout est bien ».

Bâtonnier Marie-Aimée PEYRON

25 Mai 2021

Soyons connectés

Nos partenaires